chezmonveto
Imprimer En savoir plus

picto Les vaccinations chez le cheval

I/ Maladies pour lesquelles les chevaux sont couramment vaccinés

1)     Grippe

La grippe est une maladie respiratoire virale très contagieuse. Le virus responsable de cette maladie est l’influenza type A proche du virus de la grippe humaine, mais aucune transmission de la grippe du cheval à l’homme (ou inversement) n’a été observée.

La plupart du temps ce sont les virus mis en suspension dans l’air par le cheval qui éternue qui contaminent les autres chevaux.

La période d’incubation est de 2 à 5 jours.

Les symptômes sont les suivants :

  • forte fièvre : température rectale 40 à 41°C, abattement, anorexie
  • écoulement nasal séreux (translucide, non purulent) les premiers jours
  • toux, occasionnelle à quinteuse, pouvant être douloureuse

 

2)     Rhinopneumonie

Cette maladie est virale (herpes virus de type 1 et 4). 

Après infection, le virus persiste souvent dans l’organisme, sous forme latente, et peut se réactiver pour provoquer à nouveau la maladie. Soixante à 70% des chevaux sont porteurs latents.

La rhinopneumonie est contagieuse. Celle-ci se fait par les sécrétions respiratoires ou par contact avec un avorton contaminé.

Les virus peuvent survivre pendant plusieurs semaines dans le milieu extérieur (paille du box, etc…) mais ils sont détruits par des désinfectants usuels.  L’infection des poulinières se fait, le plus souvent, lors de l’introduction de nouveaux chevaux dans l’élevage (achat, pension), ou lors d’un séjour dans un autre haras.

 

Il existe plusieures formes de la maladie :

-         Forme respiratoire (EHV-1 ou EHV-4)

La maladie ressemble à la grippe mais avec des symptômes souvent plus modérés (fièvre légère, toux, écoulement nasal) pendant 1 à 2 semaines, plus fréquemment à l’automne et en hiver. Elle peut se compliquer de surinfections bactériennes, surtout chez les chevaux à l’entraînement. L’infection peut également passer inaperçue, notamment chez les foals et yearlings à l’élevage s’exprimant par un épisode de toux et d’écoulement nasal parfois sans gravité.

 

-         Forme abortive (EHV-1)

Elle se manifeste par un avortement sans signes associés (pas d’écoulements vulvaires, pas de montée laiteuse), le plus souvent en fin de gestation (à partir du 9ème mois) mais pouvant survenir dès le 4ème mois. Le fœtus et le placenta sont expulsés sans difficultés, la jument n’est pas malade. 

  

-         Forme nerveuse (EHV-1)

Elle se manifeste par des troubles nerveux (troubles locomoteurs, paralysie du pénis, absence de contraction de la vessie, …

 

3)     Tétanos

Cette  maladie est provoquée par une toxine produite par une bactérie anaérobie (se développent en l’absence d’oxygène) : Clostridium tetani.

Cette bactérie forme des spores très résistantes qui peuvent survivre des années dans le milieu extérieur.   

La transmission se fait par contamination d’une plaie (accidentelle ou chirurgicale, ombilic du poulain nouveau-né) par les spores de la bactérie dans laquelle elles trouvent toutes les conditions nécessaires à leurs développements. La bactérie sécrète alors une toxine qui atteint le système nerveux.

Cette maladie n’est pas transmissible d’un animal à l’autre. 

Les symptômes sont des spasmes musculaires, une locomotion raide et une réponse amplifiée aux stimulations.

 

II/ Protocole de vaccination

 

1)    Grippe

Recommandations 

Primovaccination des poulains : 2 injections à un mois d’intervalle

-         Poulains issus de mère vaccinée : primo vaccination à partir de l’âge de 5 à 6 mois. Si la mère est correctement immunisée, une vaccination plus précoce, avant disparition des anticorps d’origine maternelle, peut gêner l’établissement de l’immunité.

-         Poulains issus de mère non vaccinée : vaccination à partir de l’âge de 2 mois. Avant, le poulain n’est pas encore capable de développer une bonne réponse immunitaire.

Rappels au minimum annuels avant le 365e jour, ou si possible tous les 6 mois.

Rappels sur les poulinières dans les 4 à 6 semaines précédant le poulinage, de manière à optimiser le transfert d’anticorps au poulain par le colostrum.

 

Compétitions FFE, FEI et courses

Primovaccination : 2 injections effectuées dans un intervalle minimum de 21 jours à un maximum de 92 jours, soit entre 3 semaines et 3 mois.

Rappels :  

-         compétitions FFE  : les chevaux dont la primovaccination sera postérieure au 1er janvier 2013 devront obligatoirement avoir un premier rappel 5 mois (maxi 6 mois) après la 2eme injection de primovaccination, avant les rappels ultérieurs au moins annuels. 

  • compétitions FEI : rappels tous les 6 mois ± 21 jours. Aucune de ces injections ne doit avoir été administrée dans les 7 jours précédant une épreuve, y compris le jour de cette épreuve ou de l’entrée dans les écuries du concours (FEI).  
  • courses : premier rappel dans un délai minimum de 150 jours et maximum de 215 jours après la 2ème injection de primo vaccination (soit 5 à 7 mois).

Aucun cheval ne peut être admis à courir s’il a reçu une injection de vaccin dans les 4 jours précédant l’épreuve, quelle que soit la maladie contre laquelle il a été vacciné.

 

2)    Rhinopneumonie

La rhinopneumonie ne fait pas partie des maladies réglementées et la vaccination n’est pas obligatoire, néanmoins au vu de la contagiosité de la maladie, elle est fortement conseillée.

 

Recommandations 

Primovaccination : 2 injections à 1 mois d’intervalle et rappel si possible à 6 mois

Rappels : annuels

Juments pleines : certains fabricants préconisent des rappels à 5, 7 et 9 mois de gestation (l’efficacité reste à démontrer).

 

3)    Tétanos

Le tétanos ne fait pas partie des maladies réglementées et la vaccination n’est pas obligatoire. Néanmoins, en raison de la gravité de la maladie (décès de l’animal possible en deux jours dans les formes aiguës) et de l’efficacité et innocuité de la vaccination, il est fortement recommandé de VACCINER TOUS LES CHEVAUX dès l’âge de 3 mois. 

La plupart des vaccins associent tétanos et grippe.

 

Recommandations 
Primovaccination : 2 injections à un mois d’intervalle  

Rappel : un an plus tard puis il est possible de ne revacciner que tous les trois ans. Si tel est le cas, il est conseiller de faire un rappel en cas de plaie, dans le dernier mois de gestation des poulinières pour une bonne transmission des anticorps dans le colostrum et lors d’intervention chirurgicale.


Voir les autres fiches conseils