chezmonveto
Imprimer En savoir plus
chezmonveto

picto Engorgement des membres : un problème fréquent

L’engorgement des membres est un phénomène fréquent chez le cheval de sport et de loisir. Ses conséquences peuvent être gênantes pour l’animal et pour son utilisation. La prévention est possible.

 

A quoi est dû l’engorgement des membres ?

L’engorgement témoigne d’une mauvaise circulation de retour au niveau des membres. On l’appelle aussi plus scientifiquement lymphangite. L’engorgement témoigne en effet d’une mauvaise circulation de la lymphe, un liquide organique issu du sang  qui intervient dans les échanges cellulaires et l’évacuation des germes et des déchets.

Le phénomène peut être aigu ou chronique.

Différentes causes peuvent conduire à un engorgement d’un (le plus souvent) ou de plusieurs membres : causes infectieuses ou causes non infectieuses : ration alimentaire déséquilibrée ou excessive, immobilité prolongée, travail mal conduit, problème orthopédique (pied bot, affection du sabot), traumatisme (coup de pied d’un autre cheval).

 

Comment se manifeste-t-il cliniquement ?

On observe un gonflement d’un ou plusieurs membres. Les membres postérieurs sont plus souvent atteints.

Sous les doigts, on ressent une impression de liquide.

Dans les cas graves, la lymphangite peut gêner le cheval dans ses déplacements, voire être douloureuse.

Lorsque la lymphangite est provoquée par l’infection d’une plaie, elle s’accompagne d’une inflammation des nœuds lymphatiques de drainage (adénite) et parfois d’écoulement de pus.

Dans les cas sévères, la lymphangite peut s’accompagner de signes généraux : fièvre, anorexie, apathie.

 

En quoi consiste le traitement ?

Le traitement dépend de la cause de la lymphangite mais dans tous les cas, il faut agir sur le drainage lymphatique qui va aider le cheval à avoir une meilleure circulation lymphatique et optimiser le nettoyage de son système lymphatique au niveau des ganglions.

Des mesures sanitaires sont utiles comme de doucher les membres à l’eau froide, du bas vers le haut pour favoriser la circulation. Le repos est également de mise lors de lymphangite.

Le plus souvent, les lymphangites sont bénignes, dues à une mauvaise gestion du travail, et guérissent spontanément. Mais des mesures sont utiles pour accélérer le retour à la normale : douches, pose d’argile sur le membre, de bandes de repos, révision des rations en limitant les concentrés, soins de maréchalerie, massages, distribution de compléments alimentaires spécifiques pour améliorer le drainage.

Ces derniers sont nombreux sur le marché et pourront être conseillés par le vétérinaire.

Les lymphangites infectieuses devront faire l’objet d’un traitement par un vétérinaire car il peut être nécessaire de recourir à des anti-infectieux.

 

Comment prévenir les engorgements ?

La prévention des lymphangites non infectieuses se raisonne au niveau du travail et de l’alimentation.

Il faut éviter la reprise d’un exercice trop intense après une période de repos et privilégier les phases d’échauffement et de récupération.

Sur le plan nutritionnel, il faudra veiller à distribuer des rations équilibrées et pas trop riches.


Voir les autres fiches conseils